Les Etats-Unis n'ont pas inclus les terres rares dans les produits chinois visés par de nouvelles taxes. Et pour cause : ils en sont très dépendants. C'est Pékin qui détient l'arme des terres rares et qui menace de couper l'approvisionnement des Etats-Unis.

La visite de Xi Jinping dans une usine chinoise de transformation de terres rares à Ganzhou, dans le sud de la Chine ce lundi, premier déplacement du président chinois depuis le durcissement des sanctions américaines, l'illustre à merveille : Pékin veut afficher sa domination mondiale sur cette industrie, au lendemain des nouvelles sanctions américaines sur 300 milliards de produits chinois.

La Chine n'est pas seulement le premier producteur de terres rares au monde (71 % de l'offre), elle en est aussi le premier raffineur. Les terres rares ont besoin d'être séparées et purifiées, avant de pouvoir être utilisées dans les industries les plus pointues, du véhicule électrique aux radars, dans la défense, ce qui donne à cette filière un caractère hautement stratégique.

Taxe sur les terres rares américaines raffinées en Chine

Or les Etats-Unis autrefois numéro un mondial des terres rares, sont devenus très dépendants de la Chine. Dépendants à 80 % des importations chinoises, qu'il s'agisse de terres rares extraites et raffinées en Chine, ou de terres rares américaines transformées sur le sol chinois. 3 à 4 000 tonnes extraites à Mountain Pass, la mine californienne rouverte en 2011 après la flambée des prix partent en Chine depuis 2015, la raffinerie de Molycorp ayant fait faillite après le plongeon des prix en 2015.

C'est sur ce créneau que Pékin vient dans un premier temps de frapper : au 1er juin, les terres rares américaines expédiées en Chine pour y être raffinées seront taxées à 25 %.

Bientôt une usine de raffinage au Texas

Transformer à nouveau les terres rares aux Etats-Unis est donc devenu un impératif stratégique. Un projet vient d'être lancé ce lundi-même à Hondo, dans le Texas. Il associe l'entreprise américaine Blue Line Corporation et le groupe minier australien Lynas, premier producteur de terres rares hors de Chine (à Mount Weld dans l'ouest de l'Australie, 12 % de l'offre mondiale).

Des terres rares australiennes raffinées pour l'instant en Malaisie, mais l'usine malaisienne a quelques problèmes. On peut imaginer que l'usine texane prenne le relais. Cette future usine américaine pourrait aussi transformer les terres rares de Californie, voire les terres rares chinoises. A condition bien sûr que Pékin n'aille pas plus loin dans les hostilités et ne mette pas tout bonnement un embargo sur ses terres rares à destination des Etats-Unis...