Moins émetteur de CO2 que l'essence et le diesel, le gaz est de plus en plus utilisé dans les véhicules, notamment utilitaires, en Europe. Mais un rapport néerlandais sème le doute. Le gaz naturel véhicule (GNV) est-il vraiment plus propre ?

Pas si propre que ça, le gaz dans les moteurs ! Le centre de recherche indépendant néerlandais TNO a observé que les camions roulant au gaz naturel véhicule (GNV) émettaient dans certains cas jusqu'à cinq fois plus d'oxydes d'azote que les camions roulant au diesel dernière génération. Or ces oxydes d'azote, les NOx, provoquent des troubles respiratoires graves. Quant aux particules fines, qui ont mené à l'abandon progressif du diesel, les camions au gaz en émettraient presque autant.

Il n'en fallait pas plus pour que la plateforme d'ONG Transport et Environnement, qui soutient la mobilité électrique, réclame « la fin des réductions fiscales accordées » à ce qui est tout simplement, à ses yeux, « un autre carburant fossile polluant ».

Moins de CO2 que le diesel mais plus de NOx en ville

Dans le détail, ce n'est pas si simple. L'étude ne remet pas en cause le principal avantage du gaz, par rapport à l'essence ou au diesel : il émet moins de CO2 susceptible de réchauffer le climat. Jusqu'à 14 % de moins. D'où l'essor du gaz carburant ces dernières années.

Les chercheurs néerlandais montrent aussi que les camions au gaz émettent certes plus de NOx que les camions au diesel en ville, mais qu'ils sont plus propres sur route et autoroute, là où ils sont censés rouler.

Le secteur parie sur le bioGNV

Son congrès ce mardi 24 septembre avait justement pour thème les mobilités. Le secteur gazier parie plus que jamais sur le bioGNV, le biogaz pour les véhicules. Fabriqué à partir de déchets agricoles ou ménagers, il affiche un bilan CO2 encore meilleur que celui du gaz naturel, puisque ce n'est pas une énergie fossile. Un bilan CO2 aussi bon même que celui du véhicule électrique, si l'on en croit les chercheurs de l'IFP Energies nouvelles, à condition de considérer tout le cycle du véhicule, y compris la fabrication de la batterie.

Climat versus qualité de l'air ?

Bien sûr, ce créneau du bioGNV permettrait au gaz conventionnel de garder un débouché dans les transports... Encore faudra-t-il convaincre, après cette alerte sur le NOx des camions en ville, que rouler au gaz ne dégrade pas davantage la qualité de l'air.